Les Échos du Désert

Vers Altaruk

Résumé de la séance du 2013-08-31

Bon, je ne pensais pas revenir à moi aussi tard. Ce satané Haut Soleil.
J’étais bien dans le wagon de prisonniers, comme prévu, mais au deux tiers du chemin entre Tyr et Altaruk! Peu importe, ma mission devait continuer.

Autour de moi s’affairait les rouages d’une caravane, les gardes et servants qui faisaient fonctionner l’ensemble de façon cohérente. Une cinquantaine d’individus, tout au plus. Les gardes – apparemment peu sympathiques à notre cause, si je m’en fie à leurs réactions et à leurs injures – ne semblent pas corruptibles. De toute façon, je n’avais rien à leur offrir dans ma situation. À vrai dire, je ne savais pas tellement quelle était « notre cause » à ce moment. Quel élément reliait les prisonniers? La vente d’esclaves? Parmi ces derniers, une Mul d’une taille imposante, Zerima, comme je l’appris plus tard, aurait pu faire un excellent gladiateur. Belian, un templier avec qui j’avais déjà fait des affaires à Tyr, n’allait certainement pas être vendu. Un crime assez important pour trainer un templier hors des murs de sa ville? Mite, un étrange petit être s’imaginant être un halfling alors qui ne l’était clairement pas y était aussi, tout comme Khâssi, qui pouvait, je l’appris aussi plus tard, prendre forme animale. À part ceux-là, des femmes et des vieillards mal-en-point : impossible de les sortir du wagon et du désert avant qu’il ne soit trop tard.

À l’arrêt de la caravane, un pavillon commença à être érigé au centre du camp – certainement mon objectif. Sur le pavillon, des armoiries de la maison Wavir de Balic, la cité des Voiles. Balic revenait donc dans l’histoire, encore une fois.

J’indiquai alors à mes comparses prisonniers que je n’avais aucune intention de demeurer dans le wagon et que j’allais me rendre au pavillon central pour voir ce qui s’y trouvait. C’était déjà un meilleur plan que j’avais l’habitude de faire, mais Khâssi et Belian en rajoutèrent en indiquant que le croisement des routes près de nous était un territoire de chasse bien connu de tribus elfiques et de prédateurs souterrains qui sentaient les vibrations du sol pour capturer leurs proies. Ayant obtenu le soutien de mes comparses prisonniers, je crochetai la serrure avec une mince tige de bois trouvée au fond du wagon sous le couvert d’une tempête de sable miniature conjurée de mes mains et me rendit près des kanks, les animaux de trait de notre wagon. Agrippant la jambe du premier et piquant le second avec ma tige de bois, je les affolai suffisamment pour les faire avancer de plusieurs mètres et provoquer la course d’un garde qui tenta maladroitement d’agripper l’attelage derrière eux pour les maîtriser. C’en était assez pour les prédateurs souterrains, qui propulsèrent alors leurs tentacules à l’extérieur du semble afin de capturer les créatures causant les vibrations qu’ils venaient de percevoir. Profitant de la distraction, nous nous rendîmes d’abord au wagon d’équipement de la maison Wavir afin de nous y équiper et ensuite au pavillon central, où une discussion animée était en cours. Mite s’interposa et exigea la sortie des gardes par l’arrière du pavillon, où notre embuscade était tendue, afin d’assister dans le combat contre les prédateurs souterrains.

Dès la sortie des gardes, le combat fut engagé. Mite, lors de ce dernier, conjura un sort arcane qu’il ne fut pas en mesure de dissimuler. Un sort arcane devant un templier. Ce petit être avait définitivement beaucoup à apprendre sur Athas.

Malgré nos armes de fortune et notre état physique dégradé par des jours d’exposition au soleil, les gardes ne furent pas de taille. Nous apprîmes alors qu’ils gardaient un lieutenant de la maison Wavir, une humaine dans la mi-trentaine d’un certain charme. Le lieutenant nous indiqua alors, beaucoup trop rapidement, qu’elle était membre de la Veiled Alliance et qu’elle se rendait à Tyr afin de déterminer la véracité des rumeurs sur la mort du Roi-Sorcier Kalak et d’accroître l’influence de sa maison commerciale. Soit elle mentait, soit elle ne connaissait pas ce que signifiait être membre de la Veiled Alliance à Tyr. De plus, dans les coffres de la maison Wavir, nous prîmes possession d’une corde avec des nœuds à intervalles apparemment aléatoires – un rituel puissant pour ceux qui savent le déchiffrer, selon Khâssi.

Suite aux actions des prédateurs souterrains, les autres membres de la caravane étaient soit dispersés ou avaient été tués. De notre côté, nous étions maintenant trop loin de Tyr pour y revenir avec les maigres provisions qui étaient disponibles dans ce qui restait de la caravane. Altaruk, un village établi comme poste commercial entre Balic et Tyr, était notre seule option. Utilisant le dernier kank restant pour tirer le wagon d’équipement de la maison Wavir, notre groupe de fortune se mit alors en marche.

- Belial Khazad

Comments

Antoineql drstupid

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.