Les Échos du Désert

Au secour du ti vieux!
Au secour du ti vieux!

Le vieux est épuiser, à bout de souffle et il est incapable de lancer le moindre sort… du moins c’est ce qu’il tente de faire croire. Il essaie de nous prendre pour plus idiot que l’on est déjà mais ça ne fonctionne pas et nous voyons clairement qu’il fait semblant de paraître plus vieux qu’il ne l’est en réalité.

Le temps nous rattrape et nous devons partir au plus vite car il semblerait que cet homme est soir le premier objectif de plusieurs personnes. En se faufilant dans les ruelles, nous réussissons à éviter les batailles. Mais, d’après les flèches qui volent un peu partout, il semblerait que nous sommes entrain de perdre du terrain.

Nous arrivons sans encombre malgré tout et nous nous proposons pour une autre missions, aller tuer un groupe de Borhg qui sème la pagaille et dont les forces en places n’arrivent pas à contenir.

Après une diversion bien organiser, nous passons inaperçu en passant pas les toits et en suivant les indications du haut grader non loin de cet endroit, nous nous faufilant dans les maisons. Alors que nous étions sur un des toits, une énorme pierre de dirigea vers nous. Nous avons été en mesure de l’éviter et nous décidons de tuer quelque créature en faisant basculer le bâtiment qui avait été fragiliser par cette pierre sur ces derniers.

Nous sommes arriver, il y a 4 Borgh et un humain qui sont entrain de discuter. L’humain ne fait pas long feu et se fait rapidement lancer par un des Borgh dès le départ qui semble être en furie, ce qui sonne la fin de sa vie pour lui.

Nous engageons le combat et à un certain moment, du coin de l’oeil je vois une grosse chatte se faire lancer sur Mite qui se ramasse finalement à terre avec un grosse chatte par dessus lui… Il s’agissait bien sur de Khassi qui adore se transformer en animal de toute sorte… On en est parfois à ce demander si Khassi n’est pas une chatte féroce avant d’être une humaine.

Nous sortons de se combat de façon triomphale, comme toujours sauf que quelque chose nous chicote, selon les informations que nous avions, il manque in Borgh… Il manque le lanceur de sort… Nous ne pouvons que supposer qu’il est parti de son côté et nous espérons ne plus jamais le voir également.

View
À la défense de Tyr
Où les héros combattent un groupe d'assaut d'Urik qui tente d'enlever un ancien templier de Kalak

Author: Mite
Mood: Like a Rolling Storm
Song: Lightning Crashes

Mite saute un pied sur l’autre pendant que la mul fait les yeux doux à Rikus Kingslayer. Le grand Rikus, gladiateur déjà extraordinaire avant d’avoir tué l’immonde roi-soricer Kalak, n’a cependant d’yeux que pour la carte de Tyr étalé devant lui et les multiples lieutenants de la Crimson Legion qui l’entoure. Les Slaves Pits de Tyr n’ont pas vu autant d’activité depuis la rébellion ayant suivi la chute de Tyr, il y a de cela une soixantaine de jours.

Mite aimerait bien être impressionné par le tourbillon d’activité, par l’arrivée de l’armée d’Urik, par les légendaires Rikus et Neeva, mais rien n’y fait. Ces derniers temps, il éprouve de plus en plus de difficulté à contenir ses énergies internes, ressassant les propos de l’ancêtre sur les origines de sa famille, et de sa relation envers les rois-sorciers d’Athas. Mite se sent comme un tonneau de feu d’alchimiste qui n’attend qu’une étincelle, comme la tempête du désert, le furieux haboob, qui roule vers la ville, comme une armée se préparant pour un siège. Alors, pour le moment, il se contente de sauter un pied sur l’autre à côté de la mul, en périphérie de la table de commandement de la Crimson Legion.

Lorsque la porte du Caravan Way explose, tous les soldats baissent instinctivement la tête, sauf Mite, perdu dans sa propre explosion interne.


Le grand Rikus grimace et sur un signe, la Crimson Legion se déverse hors des Slave Pits vers le Caravan Way. Après un court conciliabule avec ses lieutenants, il commence à démonter la table de commandement. Les regards sont graves, mais respirent quand même la confiance un peu téméraire des gladiateurs entrant dans l’arène. Avant peu, Balkan, le Gris et la druide arrivent aux nouvelles dans les Slave Pits. Rikus accroche le groupe avant de partir à son tour des Slave Pits.

“On se redéploie dans l’Iron Square. Si Urik réussi à piller nos réserves de fer, alors peu importe si cet imbécile d’Hamanu emporte la ville ou non. Les mines viennent toutes juste de repartir et nous avons besoin de ces réserves pour acheter ce que Tyr ne peut pas produire elle-même. Allez chercher vos montures et rejoignez-nous là-bas.”

Le groupe repart pour le manoir de Quam Un’oeil, dans le Caravan Way. Les combats n’ont pas encore atteint le manoir lui-même, mais il est évident que l’explosion a détruit une bonne partie des défenses de la porte. Les catapultes d’Urik ont été amenées à proximité de la ville et détruisent les maisons du Caravan Way, rendant l’arrivée des défenseurs difficile.

Au manoir, les servantes et servants s’empressent de descendre les objets de valeur dans le sous-sol secret de la Veiled Alliance. Quam et sa femme ne sont visibles nulle part.


La carte de Tyr est déjà épinglée sur un étal du Iron Square lorsque les héros arrivent sur place. Quelques pièces de céramiques font office de pions et indiquent la position des armées de Tyr et d’Urik dans la ville. De temps en temps, une flèche est tirée dans les airs d’un quartier de la ville, indiquant la position des troupes.

Rikus est entouré d’un nuage de scouts de différentes origines, des ex-gladiateurs de la Crimson Legion, des templières au tabard de Tyr, des pickpockets elfes, un shaman thri-kreen … Mite fait un signe rapide à un membre de sa famille qui fait un rapport rapide sur l’état de l’Under-Tyr à une templière éberluée.

Rikus interrompt les rapports des scouts d’un signe et laisse la table à Neeva. Il attire le groupe d’héros à l’intérieur de la boutique, indiquant à ses lieutenants qu’il doit être laissé seul quelques secondes.

“J’irai droit au but. J’ai cru comprendre que vous étiez au courant de certains des … secrets de Tyr. Vous n’avez fait qu’effleurer la surface … la quantité d’artéfacts arcanes accumulés par un roi-sorcier pendant des millénaires nous donne des cauchemars depuis notre libération. Certains de ces secrets pourraient anéantir le peu de vie qui reste sur Athas, pour ne rien dire de la ville de Tyr elle-même. Je ne plaisantais pas quand je disais qu’Urik n’a pas besoin de prendre le contrôle de la ville pour gagner …”

Il se passe la main sur le visage dans un geste las.

“Nous savons qu’Hamanu a des espions ici, de même que nous avons nos propres espions à Urik. Il est certain que des frappes chirurgicales seront faites pour s’emparer de certains de ces artéfacts. Nous avons des troupes de placées dans des endroits stratégiques afin de prévenir le pire, mais il est probable qu’elles auront besoin de renforts. Restez à proximité et … "

La porte de la boutique s’ouvre sur un templier de Tyr qui lance un regard à la fois nerveux et implorant à Rikus. Rikus lui retourne un regard noir, mais le suit néanmoins à l’extérieur.


Mite saute un pied sur l’autre. Même à cette distance, il est impossible d’ignorer que les combats se rapprochent de l’Iron Square. Les pièces de céramique se déplacent sur la table, s’éloignant toujours de la brèche créée par l’armée d’Urik. Les flèches fusent dans les airs, réclamant des renforts sur l’ensemble du front.

Une flèche fuse cependant très loin des autres, dans le quartier des nobles. Le templier nerveux de la boutique attire le regard de Rikus vers cette flèche isolée. Les deux viennent laisse la table aux soins de Neeva et retournent voir le groupe.

“Ça va être à vous. Votre cible est la maison en brique rouge d’Akétane, dans le quartier des nobles. Vous connaissez ?”

Balkan fait rapidement signe de l’affirmative. Rikus répond en crachant par terre, près des bottes du templier qui sursaute, visiblement effrayé par Rikus.

“Un des templiers les plus haut placé de Kalak est supposé avoir trouvé la mort durant la rébellion. Il n’est pas vraiment mort, nous avions trop besoin de lui pour savoir où étaient les artéfacts dangereux et comment les manipuler. Personnellement, je … enfin, nous avons besoin de lui. Vivant. J’insiste là-dessus, il nous le faut vivant. Trop de secrets nous échappent encore …”

Il lance un autre regard noir vers le templier, qui lui retourne un garde-à-vous effrayé.

“… vivant ne veut pas nécessairement dire intact …”


Le groupe profite de sa connaissance des rues de Tyr pour se faufiler vers le quartier des nobles tout en évitant les combats qui commencent à déborder du Caravan Way. De temps en temps, le groupe contourne un groupe de soldats d’Urik qui a percé la ligne de front. Un contingent important se bat sur une place contre quelques miliciens de Tyr désemparés. Le groupe se consulte rapidement, mais décide que leur mission est trop importante pour sauver les soldats de Tyr. Balakn et la mul jettent des regards désolés vers les combattants tout en se glissant discrètement entre deux bâtiments menant au quartier des nobles.

La maison d’Akétane est dans un groupe de bâtiments entouré de murs renforcés. Balkan, le Gris et la druide notent immédiatement une brèche dans le mur, de même que la présence de cadavres de la Crimson Legion à proximité. Le groupe se sépare : Balkan, le Gris et la druide pénètrent par la brèche, tandis que la mul et Mite se lancent à travers la porte principale.

Une barricade bloque la porte principale. La cour intérieure est la proie de violents combats, où une poignée de combattants de Tyr se battent à mort contre une quinzaine de soldats aguerris d’Urik. La mul se retrouve immédiatement sous le feu des archers d’Urik mais fonce néanmoins sur la barricade, qui explose violemment en fragments de bois et de pierre. Un feu d’alchimiste avait été caché près de la barricade, amorcé sur un fil passant devant la porte principale. L’explosion, couplée par la charge violente de la mul, réussi cependant à détruire la barricade.

Mite, caché par le corps massif de la mul lors de l’explosion, se tâte machinalement les bras et les jambes. Indemne, miraculeusement. Une deuxième explosion se fait sentir, perçant le mur à côté de la porte et brûlant deux soldats d’Urik. Mite sent le feu alchimique dans l’air, le chaos du combat, les vies violemment arrachées, et relâche son énergie bouillonnante sur les soldats d’Urik.


Le feu de la cour intérieure s’éteint lentement, faute de carburant matériel et arcane. La cour est jonchée de cadavres, défigurés par les feux magiques. Les miliciens et miliciennes de Tyr survivants remercient les héros avant de partir lentement vers le poste de secours le plus proche. Les héros les saluent brièvement avant de partir au pas de course vers la maison d’Akétane.

La maison noble est construite de pierre et de mortier et a visiblement été choisie pour sa capacité à soutenir un siège. Les assiégés semblent cependant avoir perdu, car il ne reste que des cadavres, et aucun bruit de combat à l’intérieur. On n’entend la voix d’un vieux monsieur, auquel répond des voix animales, que la druide reconnait comme des voix de Gnolls.

Les Gnolls rôdent autour de Tyr depuis longtemps. Ils et elles s’étaient beaucoup approchés de la ville suite à la mort de Kalak. Les Gnolls n’aiment pas Tyr, qui punit leur présence dans les murs par la mort. Il s’agit d’excellent pisteurs, donc leur présence à cet endroit n’est pas surprenant.


Le Gris et Mite entrent dans la maison en forme gazeuse, se frayant un chemin dans les fentes autour des fenêtres en précieux verre d’Altaruk. La mul passe à travers les murs en forme fantomatique et s’arrête à côté des Gnolls qui n’en perdent pas une et commencent à l’attaquer. Balkan prend le visage, la voix et la forme du vieux monsieur et tente de mélanger les Gnolls, qui hésitent au moment où ils et elles voulaient quitter la maison par la porte d’en arrière. Balkan prend lui aussi une forme fantomatique pour se glisser près du vieux monsieur et accentuer la confusion. La druide se transforme en tigre et se lance dans un combat corps-à-corps mortel avec un immense Gnoll, visiblement augmenté par des forces alchimiques.

Le chaos en est trop pour Mite, qui perd le contrôle des forces dans l’espace confiné de la maison. L’énergie arcane se met à pulser autour de lui comme une tempête, poussant alliés et ennemis dans un vent furieux. Le petit Mite finit par reprendre le contrôle de l’énergie et à la concentrer sur le leader des Gnolls, annihilant dans un rayon de lumière pure la moitié de son visage.

Le Gris termine le leader, un archer Gnoll et une des créature alchimiques. Les héros reprennent leur souffle et pansent rapidement leurs blessures, avant de se tourner vers le vieux monsieur, qui git, blessé mais conscient, aux pieds de Balkan.

Le vieux templier de Kalak n’a d’yeux que pour Mite, et le dévisage d’un regard abasourdi.

View
La surprise!

De retour à Tyr, nous apprenons qu’il y a des templiers qui se promène dans les sous-sol de Tyr avec des cartes et nous pensons qu’ils veulent avoir éventuellement la main mise de cette partie de la ville qui est en fait la nôtre…. Ils sont davantage présent dans le district des nobles et des temples.

De notre côté, nous faisons le tour de toutes les entrées et sorties possible de Tyr afin de voir si des cargaisons de grosse caisse serait sortie de Tyr.

Nous apprenons qu’il y a 4 jours une cargaison est sortie et qu’il y en aurait eu une autre hier, qu’elle était sceller magiquement afin d’éviter d’identifier la cargaison. Nous supposons qu’il pourrait s’agir de notre cargaison. Nous apprenons également qu’elle est sortie de la ville par la porte du stade et que ceux qui l’a transportait avait pour mission de marcher jusqu’à ce que le sablier qui leur a été fournit soit complètement vide de son sable. Ce qui selon les informations fournis correspondrait à environ 1 heure de marche.

Ils ont payer une prix très fort pour la faire sortir. Le paiement a été fait en lingot d’or et de fer. Nous avons essayer de suivre la piste des lingots mais sans succès.

Nous décidons de partir le lendemain sur les traces laisser par le chariots qui transportait la mystérieuse cargaison… Puis de continuer notre chemin vers les mines où Zerima pourrait se renseigner sur ses parents car plusieurs mul y travaillent désormais et finalement, nous irions à la rencontre de Celia pour voir quelle mystérieuse information a-t-elle à nous fournir.

Nous réussissons à trouver la trace du chariot et nous nous rendons jusqu’à un endroit où se trouve plusieurs oliviers.

Il a été plus aisé de localiser l’olivier où a été déposer la caisse grâce à la druide qui avait pris possession de l’esprit d’un oiseau. Nous nous faisons passer pour des promoteurs intéresser à acheter le terrain pour éviter tout soupçons et nous finissons par trouver l’emplacement où la cargaison a été déposer. Des marques sur le sol confirme le tout mais elle n’y ait pu.

Nous émettons différente hypothèse sur l’endroit où serait rendu la mystérieuse caisse puisque rien ne semble supposer que d’autre serait venu la chercher. Après une discussion avec les esprit de la nature, il nous confirme que la statue n’est plus visible pour eux depuis hier. Elle est donc désormais protéger par de puissant sortilège rendant impossible la recherche de toute traces.

Nous envoyons des messages à nos groupes respectif puisque nous pensons qu’il s’agissait en fait d’un leurre et que la véritable cargaison serait probablement toujours à Tyr.

Nous poursuivons notre route vers les mines. La route fut plutôt calme car celle-ci est bien garder. Nous décidons d’arrêter près d’un poste de surveillance pour la nuit où se trouve une bonne cinquantaine de gladiateur. La nuit se passe sans encombre et c’est probablement la dernière nuit tranquille que nous allons avoir pendant un bon bout de temps.

Lors de notre monter vers les mines, j’aperçois au loin une traîner de poussière qui se lève très loin dans le désert… Seul hic c’est que ce n’est pas l’oeuvre d’une caravane ou d’un troupeau de créature qui se déplace mais bien d’une armée… Une très grosse armée qui est en marche… À en juger par le temps que prend une armée à se rendre à Tyr et à en juger par sa direction il parait désormais évident pour tous qu’il s’agit des armées d’Ulrich qui viennent pour prendre possession de Tyr.

Nous donnons l’alerte dès que nous arrivons aux mines et le messages est rapidement transmis. Nous espérons qu’ils auront assez de temps pour préparer les défenses et postes des archers pour les prendre à revers.

Nous restons tout de même quelque minutes pour discuter avec les garde, ce qui laisse le temps à Zerima d’apprendre que ces parents son rendu dans le seul village qui reste libre de tout emprise et qui fait du commerce.

Nous nous dépêchons de replier bagage et de se rendre à Tyr pour donner un coup de main à défendre la ville… Arriver sur place, les défenses sont entrain de s’organiser mais les armées sont très proches.

Chacun se dépêche d’aller voir leur organisation pour les avertir de se qui s’en vient. Le halfing propose notre aide ainsi et surtout celle des autres de sa race afin d’effectuer des raids éclair nocturne si le besoin se fait sentir. Nous rencontrons le commandant de la garnison au stade où un grand chapiteau à été dresser pour l’occasion. Nous recevons une plume de la part du commandant Ericus qui lorsqu’elle brûlera sera le signal qu’il faut se présenter pour une mission.

Nous apprenons que deux cargaisons mystérieuses ont prévu de quitter la ville sous peu mais cela devra attendre car un immense coup de tonnerre se fait entendre. La caravan gate vient d’exploser, les armées chargent… Ils arrivent!

Nous apprenons rapidement que deux autres cargaisons doivent quitter la ville sous peu mais cela devra attendre….

View
Arbre de la vie
Compte-rendu du 2016-06-26

D’un geste de la main, le Gris intima ses compagnons au silence, deux doigts pointés vers l’avant pour indiquer les sources des bruits qu’il venait de percevoir.

Des voix grommelaient dans le corridor.

« Qui va là, vils servants de Nibenay? »

Deux formes spectrales translucides émergèrent alors des murs du corridor devant les Compagnons.

Après un bref regard interrogateur, le Gris poursuivit :

« Nibenay est détruite depuis bien des soleils, vieillards. Nous ne sommes pas ici au nom de la Cité Maudite, mais bien pour accompagner un druide qui sanctifie notre voyage. L’Arbre est malade, nous venons le guérir »

Les créatures semblèrent considérer les propos de l’étrange elfe et conférèrent entre elles :

« Même la mort n’a pu nous relever de notre garde; prouvez-nous que vous n’êtes pas de ceux qui détruisent la nature! »

Khassi se fraya alors un chemin vers l’avant du groupe et tenta d’amadouer les gardiens en faisant état de sa vision, du fait qu’elle avait été appelée par l’Arbre.

Un des gardiens s’assouplit visiblement à la mention de la vision, mais le second gardien demeurait sur ses gardes, causant une agitation certaine parmi les constructions qui parsemaient le plafond au-dessus des Compagnons. Auparavant immobiles, les constructions – des araignées – ouvrirent les yeux et se dressèrent, prêtes au combat.

Balkan leva alors les mains, paumes vers les Gardiens, et ajouta :

« Gardiens, nous respectons votre tâche éternelle. Nos intentions ne sont pas maléfiques. Nous sommes prêts à vous suivre et à laisser nos armes ici, si c’est ce que vous souhaitez. Sinon, laissez-nous passer; vous pourrez nous intercepter à notre sortie si nos intentions étaient moins que salutaires pour l’Arbre. »

À ces mots, les armes spectrales des gardiens furent rengainées. Balkan, en marchant à travers un de ces derniers, ajouta :

« Mais continuez votre vigie, Gardiens. Des créatures malveillantes nous suivent, et leurs intentions ne seront pas aussi bonnes que les nôtres »

Le tunnel déboucha sur une caverne naturelle avec une végétation luxurieuse, telle que les compagnons n’avaient jamais eu la chance d’admirer auparavant. La vaste caverne était séparée d’un ruisseau en son centre, mais les Compagnons ne pouvaient apercevoir une sortie visible, qu’ils s’empressèrent de rechercher.

Le Gris, beaucoup plus à l’aise dans la noirceur de la caverne que sous le soleil de plomb d’Athas, perçut des pas naturels qui progressaient vers eux.

« Bipèdes, avec des griffes, quatre créatures, marchant lentement »

Annonça-t-il à Balkan, qui se trouvait près de lui.

D’un geste du menton, le Gris intima Balkan d’aller informer les Compagnons de l’arrivée imminente de ce qui s’avéra être une couvée de Thri-Kreen, qui rejoignirent la caverne à partir d’un tunnel, parallèle à celui utilisé par les Compagnons.

« Qui va là? » Hissa alors un des Thri-Kreen, levant ses pattes armées.

« Du calme, du calme, lança le Gris. Nous sommes tous ici pour le bien de l’Arbre. Nous avons une druide avec nous qui a eu une vision, nous la suivons »

« Oui, nous cherchons l’arbre aussi. Je suppose qu’il n’est pas par là? » Ajouta Balkan, à son arrivée, à la tête des autres compagnons, en pointant le tunnel duquel provenait les Thri-Kreen.

Après l’arrivée de Khassi, il apparut qu’elle appartenait au même groupe que les Thri-Kreen. Des marques sur leurs corps respectifs prouvaient leur allégeance. Les druides discutèrent brièvement des visions qui les avaient amenées ici. Khassi pu alors apprendre que les Thri-Kreen voulaient déraciner l’arbre et l’amener dans leur contrée, où ils croyaient pouvoir le protéger.

Durant la conversation des druides, le Gris et Balkan poursuivirent, avec les autres Thri-Kreen :

« Si vous venez de ce tunnel et que nous venons du fond de la caverne, il ne reste qu’un tunnel à explorer, n’est-ce pas? Pourquoi vous ne menez pas la marche? Nous allons continuer d’explorer la caverne ici et nous venons vous cherchez si jamais on trouve quelque chose. »

Les Thri-Kreen, visiblement doués d’affinités avec la nature mais pas avec des menteurs de la qualité de Balkan et du Gris, s’empressèrent de se diriger vers le tunnel que les deux compagnons indiquaient – celui qui menait vers les gardiens spectraux et la sortie, évidemment.

Le champ libre, les compagnons poursuivirent leur chemin vers un escalier découvert à l’arrière de la caverne. L’escalier menait vers le bas et menait vers une nouvelle caverne, très fertile, dominée par de nombreuses fontaines fonctionnelles agrémentées de formes animales gravées.

Derrière les fontaines, une vision, une création magnifique, l’Arbre de la Vie. Un immense conifère aux dimensions inimaginables, l’Arbre trônait au milieu de la caverne, entouré des fontaines et de ses gardiens, des squelettes animés d’un feu interne.

Adressant la parole à ce qui apparaissait être leur capitaine, les compagnons apprîmes que des agents de Nibenay avaient tenté par tous les moyens de récupérer l’arbre, d’où l’attitude des gardiens spectraux à l’entrée. Le capitaine, lié, lui aussi dans l’au-delà à la protection de l’arbre, indiqua aux compagnons que l’Arbre ne pouvait être déplacé, puisque ce dernier demeurait sous sa protection, même s’il était mourant, même si son déplacement allait lui sauver la vie.

Khassi proposa alors : « pourquoi ne pas le replanter ici, tout simplement? »

Le gardien fut silencieux quelques secondes, et acquiesça, indiquant qu’il n’allait pas interférer.

Khassi s’approcha alors de l’arbre, et replanta la graine qui allait permettre à un nouvel arbre de naître, tout près de l’Arbre mourant, et entouré de ses gardiens immortels.

Leur tâche accomplie, les compagnons quittèrent respectueusement la caverne, et saluèrent les gardiens une dernière fois. À leur sortie, ils suivirent la piste des Thri-Kreen, qui avaient été moins diplomates qu’eux : les corps des araignées détruites en étaient la preuve. Les rencontrant ensuite, Balkan et le Gris poursuivirent leur mascarade : l’Arbre n’était plus ici, indiquèrent-ils. La vision les avait dirigés ici par erreur : l’Arbre était réellement à Tyr : c’était un test, poursuivirent Balkan et le Gris, très convaincants, comme à leur habitude. Suite à ce discours, les Thri-Kreen consultèrent leurs esprits ancestraux par un rituel, auquel se joignit Khassi. Comme Khassi l’avait indiqué auparavant à Balkan et au Gris pour mieux ficeler leur mensonge au Thri-Kreen, il y avait effectivement deux sources à la vision : l’une où ils se trouvaient et la seconde, à Tyr. Convaincus, les Thri-Kreen repartirent vers Tyr, deux fois bernés par les Compagnons.

Les Compagnons quittèrent aussi vers Tyr, mais pas avant de rencontrer des Templiers d’Ulriik, qui cherchaient sans doute l’accès à l’Arbre. Ils ne pouvaient trouver l’Arbre, ni survivre au désert. C’était des sales Templiers, et ils n’allaient pas revenir à leur ville, ni les demi-géants qui les accompagnaient. Les compagnons passèrent à l’attaque, silencieusement pour le Gris, avec un cri de guerre pour Zerima, et avec leurs sortilèges pour Balkan, Khassi et Mite.

View
Tyr la vulnérable
Où le roi-sorcier d'Ulric tente de voler un vieux trésor de Tyr

Author: Mite
Mood: Radiant Night
Song: Caravan Palace – Lone Digger

Nous nous retrouvons chez Quam Un-oeil le soir venu. Tout le monde est dans la salle commune, un air soucieux sur chaque visage. Le Gris est notoirement absent, quelques glyphes dessinés dans le cendre suggèrant de ne pas l’attendre pour dîner. Le regard du groupe se dirige inconsciemment à travers les murs de l’abode de Quam en direction des warrens, d’où des cris ont encore retentis durant toute la journée. “Poslovnih ruckova … dîner d’affaires mon oeil” grommelle Mite à tout le groupe, mais on peut malgré tout lire l’inquiétude dans son regard.

Les pensées de Mite vont à sa Famille. Elle a détruit beaucoup de rats infectés dans les derniers jours, et elle confirme que la source semble s’être tarie. La Famille a cependant vu beaucoup de templiers dans l’Under-Tyr, qui semblent à la recherche de quelque chose. Elle n’en sait pas plus pour le moment, car l’Under-Tyr subit les mêmes guerres de territoire qu’à la surface. Chaque faction garde son espace vital farouchement. La Famille confirme que les Iron Rats ont bien fait leur livraison de nourriture.

Balkan confirme la disparition du cadavre, ou de la statue, de cristal. Avec ses contacts dans la Veiled Alliance, il a monté une liste de vingt suspects et suspectes potentielles. Ce sont toutes des personnes de confiance au sein de l’alliance et qui avait un accès personnel à la cachette du cadavre de cristal. La Mul est toujours sur la piste de ses parents. Et la druide semble inquiète au sujet d’un arbre de vie en danger à proximité de Tyr.

Une autre journée semble nécessaire afin de tirer chacun de ces fils et voir ce qui semble le plus urgent.


Le soleil levant implacable rappelle à Mite et Balkan la proximité encore récente du festival du High Sun. Le duo se dirige vers les grandes portes du Caravan District afin d’éliminer des voleurs ou voleuses potentielles du cadavre de cristal. Pour eux deux, se fondre à la ville est une seconde nature, même dans la foule disparate du petit matin. Avant longtemps, les deux ont trouvé le mendiant servant de contact pour les différentes factions de la ville. Une courte discussion s’ensuit, un échange de pièces de céramique, et une série de noms sont rayés de la liste. Mite et Balkan quitte le mendiant avec une liste raccourcie ne contenant plus que sept noms.

Pendant ce temps, la Mul descend dans l’ancien quartier des esclaves afin de retrouver la trace de ses parents. Elle apprend que les mines de Tyr sont reparties. Beaucoup de gens qui avaient fuit dans les collines après la morte de Kallak sont revenues. Les mines sont cependant à une ou deux journées de marche, alors il n’est pas possible d’aller voir ce qui se passe durant la journée. La Mul essaie aussi de contacter des personnes revenues récemment d’Ulric, où ses parents auraient été envoyés, afin d’obtenir des nouvelles, mais sans succès jusqu’à maintenant.

La druide effectue quelques rituels afin de répondre aux questions qui sont ressorties de la soirée précédente. Elle apprend que le cadavre de cristal est sorti de la ville durant la nuit précédente, entre le coucher du soleil et le lever du soleil. Mite et Balkan retournent voir le mendiant avec des rations et apprennent que le seul groupe qui est sorti le matin est une caravane de la Maison Vaudron, une des maisons principales de Tyr spécialisée dans le commerce du métal. Mite et Balkan se disent qu’il est possible que le cadavre de cristal soit sorti d’une des deux autres portes de Tyr, la porte du stade ou la porte des templiers, mais le temps manque pour aller vérifier. Mite en profite néanmoins pour avertir le mendiant des incursions des templiers dans l’Under-Tyr, en échange de quoi le mendiant mentionne en souriant narquoisement que “le Gris est occupé, mais qu’il reviendra lorsque vous aurez besoin de lui …”

Par la suite, la druide rejoint son compagnon de la Veiled Alliance. Main dans la main, les deux druides effectuent le rituel et prennent le contrôle de deux oiseaux de la ville. Elle et lui se dirigent à l’extérieur de la ville vers ce que la druide pense être l’arbre de vie. Après cinq heures de vol, elle arrive près des limites des champs de Tyr, où le sol semi-fertile laisse sa place à la rocaille omniprésente d’Athas. Entre deux roches, elle voit un tourbillon de poussière anormal, persistant. En atterissant, le tourbillon s’estompe, montrant une jeune pousse de vigne vigoureuse, poussant insolemment entre deux rochers stériles.

Son compagnon attire son regard plus loin. À l’horizon, éclairé par le soleil couchant, un petit campement semble s’installer. Un kilomètre de vol confirme qu’il s’agit d’un camp, installé discrètement entre deux escarpement rocheux. Des templiers, un arcaniste, des soldats … près de seize personnes au total, en plus de deux tembos. Les tabards n’attirent pas l’attention de la druide, mais son compagnon entre dans un état d’excitation visiblement important. Les deux oiseaux relâchent leur trance et retournent dans leur corps originels, étendu dans le jardin de la Veiled Alliance. La druide se redresse sur son coude et jette un regard interrogateur sur son compagnon, qui semble toujours sous le choc.

“Des tabards de la ville d’Ulric ! Le roi-sorcier d’Ulric vient voler l’arbre de la vie de Tyr !”


Mite crache par terre dans la cour de la villa de Quam. “Ulric, mrzinja trgovci ! On ne peut pas les laisser manigancer aussi près de la ville.” La Mul vérifie inconsciemment les lanières de cuir de son armure. “Je connais des gens …” dit-elle. “Des anciens gladiateurs, des anciennes combattantes, et qui s’ennuient des glorieux combats de l’arène. Je peux probablement les convaincre, vu les circonstances …” Balkan acquiesce et affirme pouvoir faire la même chose pour la Veiled Alliance. Mite se lève et dit qu’il est temps de contacter ses alliés. Il part lui-même contacter sa Famille, afin d’avoir des scouts pour le lendemain. Il en profite pour laisser un message aux Iron Rats, destiné au Gris.

Tout le monde est d’accord de ne pas mentionner l’arbre de vie pour le moment. La Veiled Alliance vient de se faire voler le cadavre de cristal, démontrant la présence d’agents doubles en son sein. L’arbre de vie ne doit pas tomber dans de mauvaises mains, et servir de canal arcane pour la magie maudite des rois-soricers.

Le sommeil vient tardivement ce soir-là.


L’aube n’est pas encore levée que les différents groupes se séparent à la sortie de Tyr. Les alliéEs attaqueront directement le campement, tandis que les héros et héroïnes protègeront le site de l’arbre de vie. Après une bonne demi-journée de marche, le groupe arrive au site de l’arbre de vie, pour voir qu’il est sous le coup d’un vent rugissant, qui rend le mouvement difficile. Le groupe voit les deux tembos de la veille, qui semblent blessés et prisonniers de deux tourbillons près de la pousse de vigne trouvée la veille.

La Mul engage le combat avec l’un des tembos et le cloue impitoyablement au sol. La présence de la druide semble calmer légèrement le vent, qui pousse néanmoins les héros et héroïnes un peu partout sur le terrain. Après la mort des deux tembos, le vent tombe définitivement et le sable redescend lentement au sol. La druide en profite pour charmer un lézard, afin d’avertir le groupe si des intrus s’approchent.

Pendant ce temps, la Mul, poussée par Mite, dégage les roches autour de la pousse de vigne, dégageant une énorme dalle d’un âge indéfinissable enfouie sous le sable. En pousant la dalle, une odeur de mousse et d’humidité remplit l’air. Sous la dalle, un long corridor semble avoir été creusé dans la pierre. Le corridor est couvert de mousse et de vigne. L’envers de la dalle est pareillement couvert de mousse.

“Et bien, en voilà une surprise.” L’arrivée impromptue du Gris surprend jusqu’au lézard de la druide. Celui-ci descend de son perchoir sur une excroissance rocheuse et s’approche de l’ouverture. Il amène deux longueurs de canevas, en utilisant une pour cacher les montures du groupe et une autre pour cacher l’entrée de la caverne. Le Gris esquisse une courbette semi-révérencieuse, et le groupe pénètre dans l’ouverture humide de la grotte.


Le Gris intercepte Mite avant que celui-ci entre dans la grotte. “Alors, on ne peut plus faire confiance à la Veiled Alliance, apparemment, hum ? Quelle surprise. " murmure le Gris, accroupit sur le sol, à l’oreille curieuse de Mite. Celui-ci sourit narquoisement et roule des yeux. “Il a été suggéré de planter la cocotte de l’arbre de vie devant la nouvelle tour de la Veiled Alliance. Mais tu vois, selon moi …” Mite dessine alors quelques gestes dans la tieflangue des Iron Rats, ce qui fait briller les yeux du Gris.

Mite sourit en voyant le regard avide du Gris. “Après tout, on sait à qui faire confiance …”

View
Mort au templier!

Le terrain avait été choisi avec soin, de nombreux obstacles se dressait entre nous et l’infâme templier venu signer son arrêt de mort. Il ne tenait qu’à nous de s’en servir à notre avantage.Ce n’était que la deuxième fois que je le voyais mais tout mes compagnes bouillaient d’envie d’enfin pouvoir terminer ce qu’ils n’on pas terminer dans le désert lors de leur séparation. Nul ne sait à quelle puissance démoniaque il a du faire un pacte pour devenir ce qu’il est devenu mais lorsque l’on est rendu seul dans le désert avec tout espoir perdu, on est prêt à vendre son âme au diable pour survivre.

Il n’était plus le simple templier délaisser dans le désert, ces pouvoirs étaient rendu tout autre. Il avait même réussi à supprimer celle qui l’avais jadis l’effrayait et l’avait trahit. Célia était en sûreté, bien cacher mais la liste de ces ennemis ne s’arrêtait pas là. Il nous incombait d’y mettre fin avant que sa folie de tue d’autre personne qui nous ai cher.

Il n’état pas venu seul, il avait amener avec lui 7 personnes qui se battait pour lui mais il ne nous a pas fallu beaucoup de temps pour se rendre compte que ces derniers étaient là tout simplement par peur. J’ai tenter de les raisonner mais il était encore trop tôt, il devait tout d’abord admirer notre toute puissance. La plupart était plutôt faible et en un coup fut anéanti.

L’elfe c’était positionner en surplomb car il n’avait qu’une seule cible, le templier. Il était plus que temps pour eux de régler leur compte. Alors il se rua sur lui afin de lui montrer la puissance de ces dagues,

Mite à été celui qui a le plus utiliser le terrain à son avantage en attirant sur lui toute l’attention de deux acolytes du templier. Il a fait en sorte que ces deux ennemis tombent dans les sables mouvant et dès leur sortie, les repoussait dedans. L’un d’entre eux, c’est rendu, voyant qu’il n’avait aucune chance s’en sortir vivant, à il a été diriger vers l’organisation de l’elfe qui nous accompagne.

Le magicien présent, après avoir subit plusieurs coups à décider d’accepter mon offre et c’est rendu pour aller rejoindre la Veilled Alliance et il était même prêt à attaquer celui qui le terrorisait jusqu’à`maintenant.

Voyant tout ces acolytes tomber au combat ou se revirer contre lui, il a décider de prendre la fuite. Il avait cependant oublier 2 choses. La première c’est que la druide, même s’il court à toute vitesse va toujours être en mesure de le rattraper et la deuxième c’était qu’ils n’allaient pas répéter les même erreurs une deuxième fois de suite. Cette fois -ci, c’était pour être la dernière fois où il le reverrait vivant. Il était hors de question de le revoir plus tard et ce, encore plus puissant.

Le templier fut rattraper malgré ces nombreuses tentatives de fuite et fini par tomber au sol sans vie comme il aurait du l’être il y a de cela quelque temps.

Nous avons envoyer un message à Celia pour lui dire que ce dernier venait d’être descendu et qu’elle pouvait désormais revenir mais elle avait trouver une autre piste sur les cristaux qui nous enlignait vers de nouvelles aventures.

De retour au manoir, Quam était inquiet car il n’avait pas eu de nouvelle de Celia, nous lui disons qu’elle est chez sa soeur même si nous savons tous que ce n’est pas vrai. Nous l’avons diverti une bonne partie de la soirée et avons par le fait même célébrer la mort d’un templier.

Le lendemain, nous partons chacun de notre côté. La mule va voir de son côté si il n’y aurait pas de nouvelle des membres de sa famille à Thyr puisque plusieurs sont arriver à hTyr.

L’elfe va voir l’effet que la mort du templier à eu dans les Warrens et voir comment se débrouille le candidat qu’il a envoyer à son clan.

Khassi essaie d’avoir plus d’information en allant voir des connaissances mystères pour essayer d’avoir des réponse sur le Tree of life qui voudrait se faire connaître puisque sa mort serait proche et qui, selon ces informations serait tout près de Thyr.

De mon côté, je vais voir si le magicien va pouvoir être effectivement un allié de choix mais j’apprend par le fait même une chose très troublante. La statue que mes compagnons ont amener à Thyr a disparu. Ce qui est encore plus inquiétant c’est que seulement une pogner de personne très haut placer dans l’organisation était au courant de l’endroit où elle se trouvait. Je pars donc avec une liste de nom et je vais commencer mon investigation sur le sujet.

View
Vers la Terre parmi le Vent
Résumé de la séance du 2016-04-16

La fin de la Bloody Warden avait causé toute une commotion dans les Warrens. Enfin, le quartier prenait vie; Toothcutters, Iron Rats, Veiled Alliance et un nombre incalculable de groupes mineurs tentant de remplir le vide laissé par la libération de la tour du Bloody Warden. Manœuvrant les uns contre les autres, créant des alliances ou enflammant des conflits existants – par le Dragon de Tyr, ce que j’aime ce quartier et ce qu’il représente, le vrai cœur de Tyr.

Malheureusement, notre besogne devait nous amener loin de cette zone en ébullition, où nos armes auraient pu être utilisées à bon escient dans les heures à venir. Via le magasin de tapis – une façade d’un groupe criminel connu de Balkan – nous fûmes en mesure de rejoindre l’Under-Tyr et nous éloigner des Warrens, vers le manoir de Quaam.

À la sortie du tunnel, moi et Mite furent en mesure de déceler les meilleures ruelles & avenues pour dissimuler notre groupe des regards indiscrets – pas suffisamment, puisqu’un petit oiseau semblait suivre notre progression du haut des airs. D’un geste discret de la main, Khâssi l’intima à nous rejoindre. Après une brève discussion, elle nous confirma que l’oiseau était, comme elle, un métamorphe, et qu’il semblait être un allié. L’oiseau reprit son envol et semblait maintenant nous guider, nous faisant éviter des ennemis que seul lui pouvait voir – ou nous guidant vers un piège, nous n’avions aucun moyen de le savoir à ce moment. Au sol, un débat entre les compagnons prenait forme. Pourquoi suivre un inconnu – qui était en mesure de se transformer en oiseau – qui nous menait à l’opposé du manoir vers lequel nous nous dirigions? De plus, l’oiseau se dirigeait vers le district des Nobles, un endroit où j’avais certainement mes entrées, mais que j’évitais comme la peste à cause de la lourde présence des Templiers.

Après plusieurs minutes de vol, l’oiseau atterrit devant nous et pointa avec insistance une maison abandonnée du bout de son aile. La scène vola un sourire à certains d’entre-nous, mais nous nous rallièrent finalement aux conseils du métamorphe, qui jusque-là, semblait réellement tenter de nous mener à bon port. Quelques instants après que nous nous dissimulâmes dans la maison poussiéreuse et sombre, une créature flotta dans la rue que nous venions de quitter, traquant définitivement une cible et stoppant net à chaque douzaine de pas pour tenter de retrouver une piste que seule elle pouvait suivre. Quatre mercenaires semblaient suivre la créature, un torse humanoïde avec un bas de corps incorporel. Après quelques regards furtifs et discussions à mots couverts, Mite et Khâssi conclurent qu’il devait s’agir d’une créature possédée par les esprits de la nature. Nous allions avoir des informations plus tard au sujet de cette créature : leur hypothèse était juste. La créature avait marchandé son âme à un esprit primal de la nature en échange de sa survie et n’était nulle autre que Belian, notre vieux compagnon Templier que nous avons laissé pour mort au milieu du désert. Après avoir accepté de remettre son âme à l’esprit de la nature, le désir primal de vengeance de Belian avait pris le dessus; il était maintenant une caricature de lui-même, mon ancien ami, une exagération extrême de la vengeance et du désir de validation qui l’avaient toujours habité.

Heureusement, Belian ne semblait pas être en mesure de nous localiser précisément, seulement de sentir notre présence dans les environs. Après quelques minutes d’attente, nous poursuivîmes notre route vers le district des Nobles, toujours menés par le métamorphe.

Une fois arrivé près d’un portillon gardé menant au district le plus protégé de Tyr, le métamorphe retourna à sa forme normale. Delano, un herboriste allié de Khâssi, distribua des vêtements à mes compagnons pour permettre leur entrée dans le district, et promit de nous expliquer pourquoi il était intervenu auprès de nous une fois arrivés à destination. Ne nécessitant pas de tels artifices pour gagner l’entrée dans ma ville, peu importe le district, je regardai mes compagnons passer sous le portillon, sous le couvert d’un groupe d’herboristes retournant à la boutique de Delano. Après quelques minutes, je passai sous le même portillon, utilisant mon statut de troubadour Athasien que nul ne pouvait ignorer.

Le district des Nobles était splendide, je devais l’avouer. Des manoirs, de larges allées fleuries – une rareté à Tyr – ainsi que des magasins haut de gamme de toutes sortes et des Templiers, des dizaines et des dizaines de templiers dans leur armure polie, patrouillant chaque recoin du district.

Nous nous retrouvâmes bientôt au magasin d’herboristerie de Delano. Un magasin sobre, mais rempli à craquer de fleurs et de plantes inconnues et mes yeux et à mes narines, qui respiraient des effluves douces et épicées alors que Delano nous menait vers l’arrière-boutique. Il ouvra alors une porte de bois moisie par l’humidité – qui donna sur une énorme cour intérieure. Impossible, me dis-je alors, puisque je perçois tous les accès et les sorties dès que j’entre dans un endroit clos : l’arrière de la boutique était adossé à une avenue dans laquelle je venais de circuler. Mais la cour était bien là. Immédiatement, je pensai au Gris, et je me raidis. Le Gris n’était pas un endroit dans lequel j’aimais me retrouver, mais cet espace extradimensionnel semblait différent, invitant. La cour intérieure était entourée d’une villa d’un style inconnu à Tyr. Des colonnades, des arbres matures, des plantes, un tapis naturel de verdure sous nos pieds. Après avoir été assuré par Delano et Khâssi, que nous étions en sécurité, nous passâmes la nuit sous les étoiles ou, pour certains, dans une chambre offerte par les maîtres toujours inconnus de la villa.
Le lendemain matin, la clarté d’un soleil connu, celui de Tyr, mais avec un climat inconnu, plus tempéré, celui qu’un elfe d’un autre âge aurait sans doute caractérisé comme étant celui d’une forêt éparse, nous accueillirent. En marchant dans la cour intérieure, nous vîmes des bas-reliefs et des fresques représentant Tyr dans un autre âge, un âge qui semblait verdoyant, un âge que je croyais impossible, avant que j’entre dans cette cour. Curieux, je montai sur la villa et regardai au loin : des terres luxuriantes dans toutes les directions s’étendaient à mes pieds. Nous n’étions plus à Tyr, me dis-je. Oui, selon une voix féminine qui nous interrompit alors. C’était Tyr, mais Tyr à l’Âge Vert, un Âge, dans un passé lointain, où les Rois-Sorciers n’existaient pas.

Notre hôte, une connaissance de Khâssi, la salua chaleureusement, et poursuivit, en nous indiquant que Denalo était intervenu auprès de nous pour nous sauver de la créature qu’était devenu notre ancien compagnon, le Templier Belian. En discutant, nous élaborâmes un plan d’action pour éliminer cette anomalie sauvage : avertir les individus envers qui Belian pouvait ressentir un sentiment de vengeance – Celia, et le contact de la Veiled Alliance parmi les Templiers de Tyr et ensuite, l’attirer dans un endroit où nous pourrions lui livrer un combat à notre avantage en utilisant son désir de vengeance pour le manipuler.

Elle confirma ensuite mes soupçons : nous étions en effet dans un espace extradimensionnel, qu’elle appelait la Terre parmi le Vent. Cette contrée, ouverte à ceux qui savaient la trouver, hébergeait une image d’Athas telle qu’elle était auparavant, où la nature avait encore toute sa place.

Khâssi reçut alors un titre d’initié complet. Dans quelle organisation, je n’en avais et n’en ai toujours aucune idée, mais je peux imaginer que l’objectif du groupe doit croiser celui de la Veiled Alliance, de ramener cet Âge Vert à Tyr. Mais à quel prix?

Nous quittâmes finalement la villa, mais pas sans avoir appris que le contact de la Veiled Alliance parmi les Templiers avait déjà été éliminé. Sachant Celia maintenant en sécurité, nous nous rendîmes à un manoir du district des Nobles qui devait être toujours un contact des Iron Rats pour quitter le district – maintenant doublement patrouillé depuis l’assassinat (sauvage) d’un Templier par Belian.

Nous tentâmes alors de trouver notre emplacement privilégié pour engager Belian et son groupe. À mon avis, il n’y avait que le lit de la rivière elfique – rivière en nom seulement, plus d’eau ni coulait depuis longtemps – pouvait faire l’affaire. Khâssi effectua un rituel de communion avec la nature et tenta de poser une question directement à Belian – ou plutôt à l’esprit primal de la nature qui l’habitait. Son désir absolu de nous éliminer joua alors à notre avantage : Belian nous répondît, ce qui nous permit de nous rendre à notre emplacement d’embuscade choisi – et de nous y faire traquer par Belian.

View
Le coeur du Bloody Warren
Où la Lamia Xamisha reçoit son dû

Author : Mite
Mood : Smoldering ambers
Song : La danse rituelle du feu, de De Falla, perfomance d’Arthur Rubinstein

“To nikad ne prestaje … ça n’arrête jamais !” lâche un Mite essouflé. Le golem de chair vient tout juste d’être détruit, mais la chasse ne s’arrête pas de sitôt. La Lamia Xamisha les attends en haut, et les héros et héroïnes entendent les gardiens descendre les marches vers eux. Leur tête dépend de de la tête de Xamisha, alors personne ne veut lui laisser l’occasion de répliquer.

La mul commence charge vers le haut de l’escalier, le bouclier devant et prête à tout. Les gardiens laissent tomber des sacs vers les héros dans l’escalier … pleins de rats malades. Les rats, aveuglés par l’infection, mordent toutes les personnes près d’eux. Les gardiens descendent pas la suite, des humanoïdes au dernier stade de la maladie, à peine conscients et à moitié aveugles. La druide charge dans les escaliers, poussant les rats et leur gardiens en bas de l’escalier, où ils tombent avec un bruit sourd dans les débris au bas de la tour. Mite fait se lever un grand vent qui propulse les héros vers le haut de l’escalier, tout en poussant les humanoïdes infectés en bas des marches. Le dernier gardien tombe du haut de l’escalier jusqu’à l’entrée de la tour, où ses pustules éclatent sur le pavé de pierre. Balkan se jette alors sur celui-ci, qui tente de se relever, et l’achève.

Les héros regardent alors la trappe de pierre menant vers le toit. La voie est maintenant libre.


Le toit, refuge de la Lamia. Le toit est une grande surface à aire ouverte, avec un deuxième toit soutenu par des colonnes par-dessus pour protéger du vent et du sable. Le toit contient un laboratoire alchimique complet, incluant un grand chaudron au milieu du toit, qui répand une odeur nauséabonde.

Le Gris et Mite foncent sur le toit, toutes armes dehors. Aucun besoin de subterfuge, Xamisha la Lamia est prête et lance son attaque. Elle tire une corde, et l’immense trappe de pierre retombe et se barre. Les héros et héroïnes sont séparés en deux groupes … Balkan et la druide tentent de briser la trappe, mais la pierre est beaucoup trop solide. La mul crache alors sa rage et défonce la trappe, qui s’arrache de ses gonds et retombe en bas de la tour, 120 pieds plus bas.

La mul jette un oeil par l’ouverture … le toit est un massacre. Le Gris est couché, appeuré, devant la Lamia, armée d’une immense lance. Mite se cache dans un coin, mais une immense trace de sang trahit sa présence. Il se tient le ventre à deux mains, tentant tant bien que mal de se dissimuler de la Lamia en furie. Des nuages de dagues magiques volent à travers le toit, fendant l’air en sifflant.

La druide saute sur le toit et s’empare de l’esprit de la Lamia, la forçant à projeter sa lancer aux pieds de Balkan, qui s’en empare jalousement. Les héros et héroïnes profite de la distraction de la Lamia pour l’attaquer tous et toutes en même temps. Le Gris semble toujours sous l’emprise de la Lamia, mais la frappe quand même, avec un sourire un peu apeuré. La Lamia accuse durement les coups, sa queue de serpent s’éclairent de runes magiques et elle explose dans un éclair de force. Balkan bascule par-dessus la balustrade du toit avant d’être rattrappé in-extremis par la druide. Balkan ne jette qu’un regard horrifié vers le bas de la tour, on l’on peut voir la trappe de pierre fracassée, lancée par la mul au début du combat.

La druide lâche Balkan et voit la Lamia revenir à elle. La druide murmure alors une incantation et un immense lézard se matérialise devant la Lamia et s’empare d’elle dans sa gueule. La Lamia, immobilisée, se tourne alors vers le Gris, qui l’achève d’une dizaine de lacérations rapides donnée avec ce qui ne peut être interprété que comme un regard amoureux.

La Lamia Xamisha, s’étouffe pendant quelques minutes, et finit pas s’éteindre dans les bras du Gris, qui regarde les héros et héroïnes avec un regard éperdu.


Mite se débarbouille le visage, de ce qui est sans l’ombre d’un doute, son propre sang. La druide est déjà en transe, essayant de trouver un oiseau capable de contacter la Veiled Alliance. Il y a un laboratoire alchimique complet à déménager, et les héros et héroïnes ne pourront y arriver seuls. Mite n’attend pas et se met à étudier ce qui se trouve sur le toit. Le groupe trouve plusieurs composants magiques, de même qu’une forge pouvant servir à modifier des items. Balkan se lance sur l’étude des multiples papiers de la Lamia, qui contiennent plusieurs rituels arcanes. La Lamia possédait aussi une cache de cristaux, du même style que ceux qui rendaient fou.

Le groupe trouve aussi des oeufs de raies des nuages, provenant du sud profond. Ces raies peuvent vivre des centaines d’années et devenir gigantesques … pourquoi la Lamia en avait-elle besoin ?


La Lamia était la chef d’une guide d’assassins rituels. Elle aurait appris le rituel en question d’une créature appelée la “Lumière de Lucarien”. Ce rituel forcerait les âmes à passer à travers leur après-vie afin de réveiller, libérer ou briser la prison d’une autre créature qui serait le “premier roi-sorcier”.

De plus, les papiers indiquent q’elle recevait les rats malades de la confrérie des Sept. Elle allait les porter à deux endroits dans Tyr, dans un quartier du District Marchand, et un quartier du District des Templiers. Pour le moment, les héros et héroïnes ne savent pas quelles étaient les cibles exactement. il n’est pas clair non plus si la confrérie envoyait des rats malades à d’autres personnes.

Finalement, la Lamia aurait aussi réussi à extraire un poison des rats, qui serait presque rendu au stade d’être vendable. Elle aurait réussi à vendre des fioles de poison à un certain Ocko Gorzam, que le Gris reconnait avec surprise comme étant un des chefs-assassins des Iron Rats. Le Gris collecte trois doses de poison d’une flaque répandu sur le sol. Il s’agit d’une version ultra-rapide de la maladie, qui fonctionnerait comme un poison léthal sur sa victime.

La Veiled Alliance arrive à ce moment, une dizaine de personnes investissant le toit de la tour. La Veiled Alliance demande aux héros et héroïnes la nature de l’entente avec les Iron Rats, car le laboratoire serait trop gros pour être déménagé. La Veiled Alliance va plutôt prendre le contrôle de la tour que d’essayer de tout déménager … si les Iron Rats sont d’accord.


Mite profite de l’arrivée de la Veiled Alliance pour s’assoir pour se glisser sur deuxième toit et s’assoir. Il enlève sa robe déchirée pour étudier sa blessure. L’expertise de Balkan est indéniable, et le coup vicieux de lance de la Lamia semble déjà essentiellement guéri … mais pas tout à fait. La peau est différente, rugueuse, dure. Mite glisse sa main sur son ventre, soucieux.

“Bila sam glupa. J’aurais peut-être dû écouter l’ancêtre plus attentivement … Qui sommes-nous, réellement ?”

View
Séduction et tuerie

Nous commençons donc l’interrogatoire du templier ficeler… ce dernier aurait été séduit par une dénommer Xamisha, une certaine lamia (mi humain, mi serpent) d’après ce que nous y comprenons et celle-ci se trouverait en haut d’une tour dans les Warrens où personne n’ose vraiment s’approcher ni de près, ni de loin… Son but, par l’entremise du templier, était d’éliminer certaine personne dans le smith district. Ce qui explique les nombreuses disparitions mystérieuse de ce secteur. Après analyse de la liste nous arrivons a trouver que ce sont tous des personnes très avares. Les âmes choisies sont apparamment correct pour elle donc qui sait ce qu’elle veut faire avec ce type d’âme. L’entrer de la tour serait garder par un golem.

Le templier avait bien été choisie puisque ce dernier était un tueur en série qui adorait tuer, comme tout les templier d’ailleurs. Afin d’obtenir toute ces informations, disons qu’il a fallu l’intimider quelque peu et voir même lui couper un de ces doigts avant de mettre fin à ces jours. Un de moins…

Le meilleur moyen d’explorer la tour était en passant par l’under Thyr… Une section du passage était blocker et il a fallu négocier le passage et voir même mettre nos têtes en jeu pour avoir accès à cette partie du passage et ainsi le meilleur chemin qui nous mènerait tout près de la tour. Pendant ce temps, nous avions un oiseau qui espionnait la tour afin d’y recueillir d’avantage d’information.

Le golem sortait d’une pile de détritus dès que quelqu’un voulait entrer et alertais les occupants de la tour. Nous avons donc décider d’Attaquer de nuit afin d’éviter de se faire repérer. Avec le passage secret de l’under Thyr nous nous trouvions à environ 150pieds de la tour. Notre première cible fut le golem.

View
La Cimenterie des Sept
Où les héros sont dégoutés de la dépravité humaine

Author : Mite
Mood : Radieux
Song : Sunshine, Lollipops and Rainbows

Mite replace la casserole sur sa tête, momentanément désorienté. Après le chaos de la bataille, la pénombre où il se trouve est d’un silence effarant. Un silence ponctué des respirations essouflées de ses compatriotes.

Il se trouve dans ce qui semble être un sous-sol richement décoré, probablement le refuge d’Atticlès, le dirigeant le plus influent des nobles de Tyr. Atticlès lui-même est présent, avec ses deux gardes du corps. De même que Celia et son collègue, qui semble être son supérieur dans la Veiled Alliance. Sans compter, Jim, des Iron Rats. Et Balkan, le Gris, la druide et la mul.

Mite regarde par-dessus son épaule et tente de trouver le point d’origine de la téléportation. Quelques émanations arcanes diffuses provenant d’un cercle permanent gravé dans le sol. Mite profite de l’agitation des grandes personnes pour s’agenouiller brièvement et toucher le cercle. Le sol est froid, presque humide. Plus que toutes les soieries sur les murs, ce cercle est l’élément le plus luxueux de la pièce. Une dépense faramineuse, même pour un noble de vieille famille.

“A svijet paralelno sa nasim. Les nobles vivent vraiment dans un univers parallèle …”


Les grandes personnes semblent cependant s’agiter. Elles discutent du symbole vu sur les attaquants et attaquantes du vignoble. Personne ne semble le connaître, jusqu’à ce que Celia rappelle un vieux culte disparu appelé la “Flamme d’Inix”. Il s’agit d’un groupe de cultistes peu connu vénérant un prince élémentaire du feu et qui aurait été anéanti il y a de cela 15 à 20 ans. Ce groupe était en guerre avec d’autres groupes similaires, vénérant des esprits élémentaires de la terre, de l’air et de l’eau. Celia et Atticlès mentionnent alors le nom des “Broken Builders” avec un air grave.

“C’est qui les borken bouildeurs?”

Celia et Atticlès interrompent leur discussion et se penchent afin de voir qui a posé une question aussi insolente, et aussi bête. Mite, debout devant eux, la casserole crânement tournée vers l’arrière, les regarde d’un air bénêt. Celia sourit et s’agenouille devant la petite créature. Elle explique que les groupes de cultistes avaient été créés et manipulés par une organisation appelée les “Broken Builders”. Ces “Broken Builders” avaient infiltré très haut la hiérarchie de plusieurs villes, dont Tyr. Leur point de vue était qu’Athas ne pouvait pas être sauvé, et qu’il était donc préférable de tout détruire et de recommencer de zéro. Leur présence a été purgée des villes d’Athas il y a 15 à 20 ans, en même temps que les cultises qu’ils et elles manipulaient.

Leur retour ne présage rien de bon.


Mite, Balkan, le Gris, la druide et la mul se dirigent par la suite vers les entrepôt d’House Tell afin d’obtenir leur récompense pour la livraison de l’eau, avant de repartir vers la villa de Quam et Celia. Balkan et la mul font un détour vers une échoppe de la Veiled Alliance, afin que Balkan se fasse enlever sa bosse et son pied boté. À la villa, Korben, le majordome, sert le diner. Malgré l’agitation de la matinée, il est encore tôt et il reste beaucoup de temps avant que le soleil ne se couche.

Et le temps est venu de chasser la confrérie des sept.


Celia a identifié une cimenterie qui serait en lien avec la confrérie des sept. Afin d’éviter une mauvaise surprise, le groupe décide d’espionner les allées et venues au bâtiment. La cimenterie est adossée à une falaise et fait quatre étages, avec une porte principale en haut et une porte de service en bas. Il y a une cheminée sur le toit, d’où on peut voir la poussière sortir, de même que des moulins à vent qui doivent faire tourner les mécanismes.

Mite et Balkan font la visite du quartier, et questionnent subtilement les habitants. Le quartier est maintenant prospère depuis la libération des esclaves. Ceux-ci et celles-ci se sont construits de petits ateliers, et le travail va bon train.

La mul part voir ses confrères et consoeurs récemment libérées. Ceux-ci et celles-ci racontent que plusieurs mul ont réussi à s’échapper lorsque les nobles ont quitté Tyr avec leurs esclaves.

Le Gris appelle une faveur aux Iron Rats, qui acceptent d’envoyer quelques-uns et quelques-unes de leurs membres pour surveiller les allées et venues dans la cimenterie. Le Gris recommande aussi aux Iron Rats de garder l’oeil ouvert au cas où Belian, le templier, serait de retour à Tyr.

La druide contacte des collègues et leur demande où en sont leurs recherches sur le cadavre de crystal. Ceux-ci et celles-ci confirment que les fragments trouvés sur le site de l’arche brisée correspondent au cadavre de crystal. Ses collègues affirment aussi que ces fragments de crystal ont été trouvés un peu partout sur Athas. La druide explique la folie qui semblait s’emparer des gens affectés par le crystal, ce que ces collègues s’empressent de confirmer. Un collègue pose la théorie que ces personnes de crystal viennent d’"ailleurs" et qu’elles essaient de “traverser”. Personne ne sait pourquoi, ni pourquoi le cadavre trouvé est intact et qu’il n’a pas explosé en fragments.

Tout le monde se retrouve pour souper à la villa de Quam et Celia, sauf Mite qui fait un détour pour s’assurer que sa famille va bien.


Le groupe se retrouve dans un building abandonné à proximité de la cimenterie le soir venu. Tout le monde passe la nuit à observer, en se relayant à la fenêtre. La cimenterie semble active 24 heures sur 24 … ou du moins, les mécanismes ne s’arrêtent jamais. La surveillance semble indiquer qu’il y a neuf personnes. Celles-ci quittent le matin peu avant l’aube, en petits groupes comme si ils et elles voulaient cacher leur nombre.


Une autre journée d’observation n’amène rien de plus. Le Gris fait remarquer que s’il y a beaucoup d’allées et venues dans la cimenterie, les personnes qu’on voit ne semblent pas des travailleurs, des travailleuses. On dirait plutôt des gardes.

Le soir venu, afin d’en avoir le coeur net, la druide prend le contrôle d’un petit lézard et commence l’exploration de la cimenterie. Elle y voit un gigantesque concasseur, qui prend les pierres à l’étage supérieur pour les dértuire progressivement en poussière en descendant les étages.

Elle trouve dans une pièce une porte cachée, et attend patiemment que quelqu’un ou quelqu’une vienne l’ouvrir. Dans la soirée, elle voit les neuf employés de la cimenterie arriver dans la salle où elle attend. Les neufs employés s’activent à des préparatifs, se concluant par l’installation d’une table au milieu de la salle. La table est couverte de taches de sang.


À l’extérieur, le Gris voit une dixième personne entrer dans la cimenterie, cachée sous une cape à capuchon, visiblement pour dissimuler son identité. À l’intérieur, la druide-lézard reconnait l’uniforme des templiers de Tyr, mais ne reconnait pas spécifiquement ce templier précis. Le templier appuie active le mécanisme secret de la porte cachée, qui dissimule une petite chambre avec lit et table de travail. La chambre serait ordinaire, ne serait-ce des cinq visages humains arrachés et épinglés sur le mur comme des insectes.

Le templier prend un visage sur sa table de travail et se l’applique sur le sien, et le visage arraché se fond magiquement dans son visage réel. Il se met alors à lire des lettres qu’il a apporté et sourit, comme s’il avait reçu une lettre de son amoureux. Par la suite, il enlève son uniforme de templier pour mettre des vêtements de cérémonie. La druide-lézard remarque dans son dos une vielle blessure, qui part du bas du dos pour se terminer à l’omoplate.

Lorsque le templier sort de la chambre cachée, il porte la même cagoule que les cultistes qui avaient mis le feu à la ville, lors de la révolte des templiers. Les neufs “employés” de la cimenteries portent les mêmes cagoules. Sur la table se trouve une personne, visiblement droguée.

La druide-lézard assiste alors froidement à l’assassinat rituel de la personne droguée, de même qu’à l’arrachement de son visage.

La druide termine alors le rituel et libère le lézard.


Mite se concentre sur la cimenterie, mais peine perdue. Peu importe ce qui s’y produit, il ne semble pas y avoir d’émnanations arcanes. Il observe avec intérêt le reste du groupe, qui fait cercle autour de la druide inconsciente. Celle-ci semble lentemenr revenir à elle, comme si elle sortait d’un cauchemar. Mite sourit aux Iron Rats de faction à la fenêtre, qui semble éminent ennuyés de leur travail.

La druide reprend conscience et raconte à tout le monde ce qu’elle a vu. Son témoignage réussit à faire grimacer un des Iron Rats, et à faire rire l’autre. En s’étirant, la mul se lève et détache son arme. L’assaut se prépare.


D’un doigt délicat, le Gris fait sauter la serrure de la porte d’entrée de la cimenterie. Le groupe se faufile silencieusement, profitant du vacarme causé par les rouleuax du concasseur de pierres. Le Gris fait alors sauter la serrure de la pièce où le meurtre a eu lieu et l’assaut est donné.

Un vent violent se lève dans la pièce fermée, poussant les assaillants dans le concasseurs, ou à l’extérieur de celui-ci. Le vent soulève la poussière de ciment, créant un nuage étouffant les cris et coups du combat. La mul se retrouve poussée dans les rouleaux, qui l’écrasent impitoyablement, avant de bénéficier de l’appui de Balkan et de Mite, qui les ramène en corps à corps avec le templier.

La druide pousse alors un cultiste qui tenait le Gris en tenaille dans les escaliers. Le Gris en profite pour assomer le templier, et Mite lui arrache son masque. La druide-chat se lance sur le cultiste affalé dans les marches et le mord au corps, tandis que le Gris le termine d’un coup de dague précis.

Le templier est rapidement attaché, avant de reprendre conscience.

Mite regarde le corps supplicié sur la table, et le concasseur de pierre taché de sang. Il se murmure à lui-même avec un immense sourire radieux : “Un templier pour moi tout seul … et tous ces jouets ! Kakva radost !” Il se met alors à chantonner pour lui-même …

View

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.